Archives for category: Gender

Call for Applications

The topic of the 12th postgraduate course Feminisms in a Transnational Perspective: Fear, Resistance, Imagination was prompted by the escalation of the global culture of “horrorism”, hate, and militarism connected with the stagnation of the liberal project and a weakened “West.” A plethora of contemporary fears has emerged to mask the destructive consequences of late capitalism and to facilitate the state surveillance of citizens. This is not new, however: fear-mongering, intimidation, awe and submission as social and political strategies have been cultivated for centuries to maintain socio-political hierarchies, religious obedience and reproductive heteronormativity, as well as to sustain a sense of powerlessness, dependence and docility of oppressed social groups.

These circumstances offer many openings for feminist readings of the conjunction of historical contexts, political conditions, cultural frames and gender regimes through which specific fears have been ignited, shaped, symbolized, distributed, and sustained. Contrary to the prolific “neuroimagery” of fear as a universal, ahistorical and non-cultural affect, feminist theorists have argued that emotions are cultural practices not psychological states. They have revealed clusters of affective politics, cultural climates, state and popular ideologies, embodied cognitions, national rhetorics, propaganda wars, etc., that induce a strong emotional response of individuals and groups, and diminish or suppress their critical assessment of the situation, “dangerous others”, and “threats”.

Feminist pedagogy as oriented towards personal and collective empowerment, transformative knowledge, social understanding, activism, the development of critical thinking, and re-imagining of a just society is still our most effective means of resistance against the politics and culture of fear nurtured at the heart of the liberal academia. We therefore invite feminist scholars, researchers, activists, artists and others to reflect on fear as a constantly changing phenomenon at the meeting point of lived, cultural, ideological, economic and communicative practices, as well as to investigate the agencies and strategies of those  who oppose fear with the power of bonding, imagination, vision and courageous acts. We welcome proposals for papers, but we are also open to proposals for round tables, performance-lectures or other alternative formats and methodologies of sharing knowledge. Proposals may consider some of the following issues:

–              social norms, cultural patterns, life scripts and intimacies as constructed by gender-related fears and anxieties

–              gendered figures and (collective) fears

–              fears of gendered difference and/or difference encountered by variously gendered subject positions

–              fears of intimate citizenship (related to rights, obligations, recognitions and respect around most intimate spheres of life) vs. fears of lacking the fundamental requisites of citizenship in terms of rights, equality and redistribution

–              gendered fears of social exclusion, marginalization, invisibility vs. fears of being too exposed and unprotected in public realms and digital networks

–              fears of gender binarism, sexual normativity, queer identities

–              conservative fears of “gender ideology”

–              intimidation, surveillance, and governance put in place in the name of protection

–              articulations of gender and fear with landscapes and technologies of surveillance

–              correlation between discourses praising (national) security and privileges, and the paranoid and anxious rhetoric in politics

–              initiatives that explicitly mobilize gendered narratives of resistance to fear or of overcoming gendered bases of fear

–              gender and popular cultures of fear

 

Course co-directors:

Renata Jambrešić Kirin, Institute of Ethnology and Folklore Research, Zagreb, Croatia, renata@ief.hr

Lada Čale Feldman, Faculty of Humanities and Social Sciences, University of Zagreb, Croatia, lcfeldma@ffzg.hr

Francesca Maria Gabrielli, Faculty of Humanities and Social Sciences, University of Zagreb, Croatia, fmgabrie@ffzg.hr

Silvana Carotenuto, Università degli studi di Napoli “L’Orientale”, Italy, silcarot@gmail.com

Elissa Helms, Central European University, Budapest, Hungary, Helmse@ceu.edu

Sandra Prlenda, Centre for Women’s Studies, Zagreb, Croatia, sandra.prlenda@zenstud.hr

Durre Ahmed, Centre for the Study of Gender and Culture, Lahore, Pakistan, durresahmed@gmail.com

 

Eligibility:

IUC courses are conducted at postgraduate level. All interested postgraduate students may apply to participate, although the course targets young scholars and postgraduate students with a defined interest in women’s/gender studies, transnational studies, philosophy, sociology, literary and cultural studies, postcolonialism, or anthropology. The course will be limited to 25 participants (15 students) in order to provide sufficient space for discussion, seminar work and student presentations. Participants must seek funding from their own institutions for the costs of travel, lodging and meals. Limited financial support is available for participants from parts of Eastern Europe and some third countries (please see http://www.iuc.hr/iuc-support.php). The IUC requires a payment of 50 EUR for the Course fee. The working language of the course is English.

Application Procedure:

Please submit a proposal consisting of a short narrative describing your interest in the topic and your CV. Place all current contact information at the top of your CV. Send submissions by e-mail to fmgabrie@ffzg.hr (Francesca Maria Gabrielli) and international@zenstud.hr. Use the subject: IUC Dubrovnik 2018. The proposal deadline is January, 25th, 2018.

 

Advertisements
Le vendredi 8 décembre 2017, de 16h à 18h,  Cégolène Frisque (MCF, Université de Rennes 1, CRAPE-Arènes) parlera des « Rapports à la précarité et trajectoires genrées chez les journalistes en situation instable » dans le cadre du séminaire Genre, Médias et Communication organisé par l’équipe EPIN du laboratoire COSTECH (UTC) et le laboratoire IRMECCEN (Sorbonne Nouvelle).
Rapports à la précarité et trajectoires genrées chez les journalistes en situation instable

Au delà de la pige traditionnelle, régulée et protégée, les formes d’emploi instables se sont multipliées dans le journalisme (contrat à durée déterminée, contrats aidés ou en alternance, stages, paiement en droits d’auteur ou en factures d’autoentrepreneur…), malgré leur faible visibilité publique due à l’usage courant des données de la commission de la carte de presse. Ces contrats et modes de rémunération flexibles renvoient à des formes de précarité croissantes, qualitativement et quantitativement, mais sont vécues subjectivement de manière différenciée selon les étapes du cycle de vie et le genre. Cela dessine ainsi des rapports diversifiés à la précarité, qui comportent une forte dimension genrée. Ils peuvent être appréhendés à travers l’analyse genrée des processus d’entrée dans le journalisme instable, de maintien et de sortie de la profession.
 
Présentation des objectifs du séminaire :

Le séminaire Genre, médias et  communication présente une série de travaux s’attachant à la question du genre dans la communication et les  médias. Des dispositifs d’écriture numérique aux représentations médiatiques en passant par les discours institutionnels, le genre est l’un des rapports sociaux qui organise le monde social et les pratiques au même titre que la classe sociale ou la catégorisation ethnoraciale. Aussi ce séminaire se propose-t-il d’ouvrir un espace de discussion autour des dimensions identitaires et performatives du genre, des modèles de masculinité et de féminité promus et négociés dans les médias et de la sexuation des usages médiatiques. L’objectif est de décrypter les modalités de la représentation et de l’expression du genre, à travers l’analyse des modes de catégorisation, des performances et des traces (ou de l’absence de traces) corporelles dans différents dispositifs médiatiques (web, presse, télévision, cinéma). Deux dimensions connexes seront abordées lors des séances. Avec la médiatisation des controverses sur le mariage pour tous, la parentalité, la parité ou encore le port du voile à l’école se dessine une articulation du genre avec les variables de la sexualité, de la race, de la religion, etc., qu’il nous paraît nécessaire d’explorer. Par ailleurs, il nous semble pertinent d’appréhender les modalités de représentation et les formes d’expression du genre selon les différents médias, reposant sur des dispositifs de médiation qui n’accordent pas la même place à la corporalité. L’attention sera également portée aux outils et méthodes spécifiques à l’analyse du genre dans les médias (analyse linguistique, analyse de discours, analyse sémiotique, analyse sociologique des représentations). Seront privilégiées les approches qui convoquent les sciences de l’information et de la communication ainsi que les disciplines voisines (histoire, cultural studies, sociologie, sciences politiques, psychologie).

 

Il y a cinq ans, l’ARGEF l’association de recherche en éducation et formation a été créée dans le but de fédérer les dynamismes et les énergies au sein d’un groupe de recherches interdisciplinaires sur le genre en éducation et formation. Poursuivant cette finalité l’ARGEF passe à une nouvelle étape en créant une revue scientifique accessible en ligne :

La revue GEF : Genre Éducation Formation

Objectifs

GEF vise à rassembler des articles scientifiques le plus souvent disséminés dans différentes revues et à soutenir la publication d’articles en sciences de l’éducation adoptant une approche de genre et/ou visant à apporter des connaissances académiques ou professionnelles sur les questions de genre.

La revue GEF propose des dossiers thématiques à partir d’appel à articles, des articles de varia, des comptes rendus d’expérience professionnelle.
GEF est :

  • Une revue internationale francophone sur le genre en éducation et formation qui ne se limite pas à l’espace scolaire mais s’ouvre à la formation d’adultes, à l’éducation populaire, à la pédagogie féministe, à la petite enfance, à l’éducation non formelle, etc. Elle examine les objectifs que se donnent les institutions et les politiques publiques et leurs effets. Elle s’intéresse également à la manière dont les différents rapports sociaux s’entremêlent ainsi qu’aux effets qu’ils co- produisent.
  • Une revue exclusivement en ligne, d’accès gratuit afin de favoriser la diffusion et la lecture par différents publics, au-delà du cercle académique.
  • Une revue de recherche qui accepte des articles de retour d’expérience ou sur l’intervention (entretiens, dispositifs, analyse de travaux réalisés par les étudiant·es…).
  • Une revue ouverte à la jeune recherche.
  • Une revue publiée au rythme d’un numéro par an, sur la base de numéro thématique, intégrant une rubrique varia
Grâce au soutien de presque toutes les hautes écoles suisses, la plateforme www.gendercampus.ch a été entièrement repensée et reconstruite, tant au niveau technique qu’à celui du contenu.
 
La première partie qui comprend notamment la gestion des actualités et des newsletters, est à présent en ligne.
 
La rubrique “Actuel” contient des annonces d’événements, des offres d’emploi et de formation continue et des actualités.
En cliquant sur “Newsletter”, il sera bientôt possible de s’abonner au Digest Gender Campus qui permet de sélectionner le type d’actualité en fonction de ses intérêts, ainsi qu’à notre newsletter rédactionnelle.
 
Les autres rubriques seront mises en ligne successivement d’ici la fin de l’année. Le blog scientifique sera lancé en novembre et la rubrique “Hautes écoles” qui contiendra des informations sur les Etudes Genre, l’égalité des chances et la diversité sera disponible en décembre.

INTERNATIONAL WORKSHOP
21 SEPTEMBER 2017

University of Genoa
Aula Magna Giurisprudenza
Via Balbi, 5 – Genova, Italy

Risewise_Workshop_programme

The workshop aims to promote an international exchange of theoretical reflection, research and case studies about women and disability, in order to individuate and confront current perspectives and best practices in different disciplines. The workshop will host experts at European level in the fields linked to disability to discuss on disability under different point of views: social, psychological, political, medical, but above all technological.
The focus will be the woman with disability, together with the gendered approach to her social condition and technological knowledge.

SESSION II  will focus on: DISABILITY AND GENDER PERSPECTIVES
Moderator Cinzia Leone
Noemi Bitterman Technion, Haifa, Israel
Physiological and human factors related to women, in particular for women
with disability
Idil Seda Ak Association of Women With Disabilities, Ankara, Turkey
Women with disability and the UN
Rita Bencivenga LEGS Laboratoire d’études de genre et de sexualité,
UMR 8238: CNRS – Paris 8 – Paris OUEST
Gender studies, disability studies: a cross fertilisation
Susanna Pozzolo University of Brescia, Italy
From the strabismus of Venus to the heel of Achilles. Strength lies in differences